Chiharu CHUJO

Doctorant
Université Jean Moulin Lyon 3

Mots Clefs

musique populaire

Musique alternative

Musicienne

Genre

Cultural Studies

Fukushima

Résumé de la thèse

Au sein de la population japonaise, l'intérêt porté à la politique, censé être plus réservé autrefois, semble connaître une grande évolution au XXIème siècle. La précarité sociale au Japon, partie prenante de l’actualité aujourd’hui, génère de plus en plus d’inquiétudes, et l’angoisse quant à l’avenir, suscitée par la situation socio-économique, contribue à la prise de conscience du peuple japonais à l’égard de la politique de leur pays. Cette prise de conscience politique s’est accélérée notamment après les catastrophes du 11 mars, entre autres celle de la Centre Nucléaire de Fukushima Daiichi.

Le phénomène intéressant à analyser est la participation progressive des femmes (de toute génération) dans le militantisme. Néanmoins on peut remarquer d’autre part un comportement plus passif chez les femmes dans la sphère plus quotidienne. Par ailleurs, lorsque nous observons le monde de la musique alternative du Japon, nous reconnaitrons davantage du portrait de la société nipponne. Le principe du refus de la commercialisation rend les artistes plus libres et émancipe leur style de musique ou de texte, et par conséquent, la musique semble s’échapper de la standardisation imposée par l’industrie musicale. Mes recherches se penchent sur le statut social et les aspects politiques des courants musicaux définis comme populaire et alternatif, tout en les confrontant aux problématiques autour de la place des femmes dans un environnement où l’image de la domination masculine est toujours persistante.